Lifestyle

Avoir un chien : mon expérience avec Nessie

Bonjour à tous ! Pour les quatre mois de ma petite chienne Nessie, de race Boston Terrier, je souhaitais vous raconter mon expérience à ses côtés. J’ai toujours vécu entourée de chiens, mais Nessie est la première qui m’appartient, que j’éduque et dont je prends soin. Et avant de l’avoir, c’est une longue histoire…

La longue histoire

Nessie photo avril

De nombreuses déceptions

Avant de rencontre Nessie, en février dernier, j’ai rêvé d’avoir un animal de compagnie depuis plus de deux ans. A vrai dire, j’en avais déjà envie quand la chienne de mes parents, Hera, de race Border Collie, a eu des petits. J’ai failli en prendre un à ce moment mais j’ai un petit appartement, j’étais étudiante et peu de temps à consacrer à un chiot. Je me suis donc abstenue.

En mars 2016, l’opportunité d’adopter un Yorkshire de 4 ans s’est présentée à moi mais au bout de deux semaines, j’étais trop angoissée et le lien ne s’est pas fait avec la pauvre chienne. Ensuite, en août 2016, mon beau-père a trouvé un chien abandonné que j’ai décidé de recueillir si nous ne retrouvions pas ses propriétaires. Heureusement, cela a été le cas, mais cela m’a donnée envie à nouveau d’adopter et nous sommes allés à la SPA pour nous renseigner. Sauf que mon mode de vie ne correspondait pas et j’ai laissé tomber.

En novembre 2016, j’ai failli avoir un petit chaton trouvé dans la rue mais finalement, cela ne s’est pas fait non plus. Rebelote en décembre et en janvier.

Première rencontre

Nessie première rencontre février

A chaque déception, j’avoue que mes espoirs s’écroulaient d’avoir un animal de compagnie. Malgré ma forte envie d’adopter, je regardais quand même des élevages en vue de trouver une race de chien qui pouvait me correspondre. Grâce à mes parents, j’ai trouvé : le Boston Terrier. Une race énergique, adorable, drôle et petite. J’ai donc contacté l’élevage du Monde de Pierr-Malou qui se situe en Isère (et oui, en tant que parisienne, je suis allée loin pour la chercher ma petite !). Mi-février, je rencontrais pour la première fois Nessie.

Doutes, angoisses et inquiétudes

Nessie fatiguée avril

Bien évidemment, j’étais très stressée à l’idée de me rendre dans cet élevage (tellement que le jour précédent, j’étais incapable de travailler…). Je me posais de nombreuses questions, notamment suite à ma première expérience ratée d’accueillir un chien à la maison, l’année précédente. J’avais vraiment peur d’angoisser sans cesse et de transmettre cela à la petite. De même, je me demandais si j’allais bien m’en occuper, prendre soin d’elle et bien l’éduquer. Je doutais de mes capacités à m’en sortir toute seule.

J’en ai parlé avec les éleveurs. J’ai été tout à fait honnête avec eux, en leur expliquant tout. De leur côté, ils m’ont bien rassurée et je n’ai pas du tout senti l’envie irrépressible de me pousser à l’achat d’un chiot. En clair, ils m’ont mise à l’aise et après plusieurs heures, je me suis dit « C’est maintenant, ou jamais ! ». J’ai donc choisi Nessie, la chienne la plus petite de la portée, la plus sombre au niveau de sa robe avec le moins de blanc et avec une petite patte blanche pour le coup. Une légère tâche blanche sur le dos aussi, elle ressemblait beaucoup à un Border Collie.

Nessie à la maison

Nessie départ avril

Accompagnée de mes parents, je suis allée chercher Nessie le 16 avril 2017. Nous sommes descendus en voiture car nous avions peur qu’elle fasse du bruit sur le retour qui aurait pu embêter de possibles voyageurs dans un train. Mais la petite a été silencieuse du début jusqu’à la fin : elle dormait, elle jouait et elle était curieuse. Une perle, qui s’est avérée être une crème dès le départ. Si chez les éleveurs elle avait peur de nous, une fois chez moi, la première chose qu’elle a faite, c’est de m’apporter un jouet pour le lui lancer. La première nuit s’est très bien passée également, elle n’a pleuré que cinq minutes et puis, plus rien, jamais. A-DO-RA-BLE, je vous dis !

Une chienne superbe

Nessie dort avril

Les premières semaines, Nessie dormait beaucoup. Je la sortais cinq à six fois par jour, je devais donc être présente à la maison. Mais cela ne m’empêchait pas de sortir de temps à autre et de la laisser seule pour qu’elle s’habitue. Dès le début, elle n’a pas pleuré ni aboyé du tout. Je pouvais donc partir sereinement de la maison, sans me soucier du bruit et du dérangement pour les voisins, notamment. Quand elle joue, Nessie est très énergique et il lui arrive d’avoir au moins un quart d’heure dans la journée où elle devient folle et court partout dans l’appartement (d’ailleurs c’est le cas au moment où j’écris cet article). Elle est vraiment très drôle. Quant à la propreté, elle a compris en deux jours que ses besoins se faisaient dehors, et pour le pipi, elle a mis environ un mois.

Avant le rappel

Nessie balade avril

Au-delà de plusieurs angoisses qui me saisissaient à n’importe quel moment (ai-je bien fait de la prendre ? suis-je une bonne mère ? est-elle bien ?…), ma plus grande peur, c’était qu’elle tombe malade. Avant son rappel du vaccin, il faut éviter de la balader et de la mettre en contact avec des excréments ou autre. Malgré tout, je ne pouvais pas la laisser enfermée et c’est aussi le moment où elle se sociabilise et apprend. C’est donc une période cruciale où j’ai du faire très attention à tout mais je lui ai fais découvrir les canards, la plage, les bus, les trains, les chiens, la foule… Mais je surveillais et à chaque fois je m’inquiétais dès qu’elle dormait trop (à mon avis), avait des selles molles, avait la truffe sèche… Stressée vous dîtes ? Ah non pas du tout…

Nessie grandit petit à petit

Nessie cage mai

Toutes les semaines, je vois comme elle grandit vite ! En deux semaines, ses oreilles ont commencé à se lever et un mois après, ils sont presque totalement levés. Très intelligente, Nessie apprend très vite même si elle est parfois bien têtue et n’écoute pas toujours à 100%. Elle aime beaucoup jouer et dormir, surtout au soleil. C’est une grosse gourmande qui s’excite dès qu’elle entend le bruit des croquettes, et qui à très vite compris le mot « manger ». Toujours dans mes pieds aussi, surtout quand je suis dans la cuisine en espérant que quelque chose va tomber par terre pour pouvoir l’avaler. Un vrai aspirateur ! Mignonne comme tout, elle est câline et affectueuse et adore dormir dans le lit avec moi, surtout depuis qu’elle a appris à monter toute seule (avant, je refusais qu’elle vienne). En revanche, si elle est très curieuse et va vers les autres, elle est très craintive dès qu’une personne ou un chien s’approche d’elle…

Le mot de la fin

Nessie balade mai

Malgré toutes mes peurs, mes doutes, mes inquiétudes et mes moments d’angoisse, aujourd’hui, je ne regrette rien du tout. Je l’aime énormément, c’est une chienne adorable et tellement drôle. Je suis vraiment contente car je suis très bien tombée avec elle. De même, la race du Boston Terrier est vraiment idéale pour moi, et mon mode de vie actuel !

Pour ceux qui souhaiteraient avoir un chien mais qui hésitent, et si cela vous intéresse (n’hésitez pas à me le dire en commentaire), je vous écrirai dans un prochain article tous mes conseils « avant/pendant/après », car je sais à quel point cela peut être dur de se lancer.

Et vous, avez-vous des animaux de compagnie ?

Dites-moi tout !

Gros bisous de Nessie et moi.

RAPPEL

Les contenus de cet article (photos et texte) m’appartiennent. Ils ne sont pas libres de droits et leur utilisation sans mon consentement est interdite. Je vous remercie de votre compréhension et de respecter mon travail.

(Visited 14 times, 1 visits today)

2 missives à lire sur “Avoir un chien : mon expérience avec Nessie

  1. ton histoire m’as un peu émue quand même. J’imagine que tu étais démoralisé avec toutes ces presque adoptions.
    Vous avez l’aire heureuse toutes les deux maintenant ! Tiens nous au courant de la suite.
    Et elle est trop adorable sur la photo où elle dort sur un coussin 😍

    1. Hello ma belle !
      Merci beaucoup pour ton passage et ton commentaire.
      Oui, cela n’a pas été facile. J’étais souvent frustrée et déçue. Je voulais vraiment un animal de compagnie et j’avais l’impression que tout s’acharnait contre moi… Surtout que pour les chats, je sentais que les personnes étaient gênées à cause de mon mode de vie. Pour un chien à la SPA, je comprends… mais un chat ? Bref, c’est pour cela que ma décision finale s’est portée sur un chien et d’élevage.
      Je suis vraiment très heureuse de l’avoir malgré les quelques angoisses que j’ai eues. Elle m’apprend aussi à être patiente, son éducation ne se fait pas en deux secondes 😛
      Bisous, à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *